Cloisonnements géographiques

De Le modèle M3M
Révision datée du 22 mars 2011 à 10:17 par Pge (discussion | contributions)
(diff) ◂ Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante ▸ (diff)
Aller à la navigation Aller à la recherche

Les démocraties occidentales de la sociételle présentent parfois de puissantes contradictions, et celles-ci semblent acceptées comme d'aimables évidences même lorsqu'elles sont en décalage évident avec des principes démocratiques simples.

Les démocraties de la sociételle soulignent la valeur de la liberté et celle de l'égalité.

L'une des libertés les plus simples, les plus anciennes et les plus indispensables de l'animal humain est la liberté de se déplacer et de circuler. Cette liberté est un besoin basique de notre espèce comme de toutes les espèces mobiles évoluées.

Et s'il s'agit de joindre l'égalité des citoyens devant ce besoin, on pourrait supposer qu'un fondement de la démocratie serait d'offrir aux êtres humains, tous égaux, une exemplaire liberté de se déplacer et de circuler.

Or il n'en est rien, et au contraire, les démocraties occidentales ont de facto organisés de puissants cloisonnements géographiques.

La plus puissante démocratie de monde, les USA, est aussi la zone la plus hermétiquement inaccessible de la planète. Pourquoi? Pour protéger le différentiel avantageux que ces cloisons offrent à leurs économies et à leurs citoyens privilégiés. Les cloisons ne sont ouvertes que lorsque l'opportunisme économique (l'utilisation d'une main d'œuvre peu couteuse) y trouve son compte.

L'Europe, berceau de la démocratie et chantre des principes énoncés plus haut, ne fait pas mieux. Ses frontières (coté sud, en particulier) sont de remparts que ne peuvent franchir des individus parce que leur nationalité et la couleur de leur peau les rend indésirables. Mais dernière la race et la nationalité se trouvent bien sûr la saveur économique, puisqu'un individu riche obtient sans problème les documents lui permettant de franchir les frontières de la noble Europe.

Il ne manque pas de pays offrant un cloisonnement bi-directionnel. Un exemple parmi d'autres est celui de la république dominicaine. Nombre de citoyens de RD aspirent à entrer sur le territoire des USA, et seuls les plus riches ont une chance d'atteindre ce but. Les autres ne peuvent que s'indigner de cette discrimination. Mais dans le même temps, l'une des préoccupations majeures de la RD est de freiner ou d'empêcher l'immigration haïtienne, et les politiciens s'évertuent à proposer des mécanismes d'imperméabilisations des frontières. Annonçant cela, ils sont écoutés avec intérêt par nombre de citoyens dominicains, incluant certainement ceux qui s'indignent de ne pouvoir émigrer vers d'autres eldorados...

Sur la question du cloisonnement démographique, la sociételle montre un désolant contraste entre principes et actions, entre noblesse de principe et opportunisme économique.