Egalité des chances

De Le modèle M3M
Révision datée du 28 janvier 2009 à 18:13 par Pge (discussion | contributions)
(diff) ◂ Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante ▸ (diff)
Aller à la navigation Aller à la recherche

Egalité parfaite ?

Le cahier de charge ne demande pas une naïve égalité des HSC.

Au contraire, diverses inégalités doivent être respectées, voire encouragées. Les différences peuvent refléter la diversité de potentiel de chacun. Il serait naïf de nier les inégalités présentes dans le génome des individus, ou résultant de circonstances quelconques de leurs vies. Les différences peuvent aussi simplement refléter l'aspiration de chacun d'accéder à des richesses plus ou moins importantes. Ce sont des choix personnels, et le cahier de charge demande que ces choix soient respectés dans les deux directions.

Opportunités pour tous

Mais le cahier de charge fixe comme objectif de principe que chacun puisse disposer de ces choix, ou plus précisément que dans la mesure du possible toutes les voies soient ouvertes à chacun. Cela signifie au minimum que chaque enfant, chaque adolescent et même chaque adulte ait accès à un maximum d'études, et ce dans les meilleures conditions et au moindre coût. L'accès aux études ne doit pas nécessairement s'appuyer sur la perspective d'exercer un métier au bénéfice de la collectivité.

Enrichissement individuel

L'enrichissement individuel est non seulement accepté, mais certainement aussi encouragé lorsque cet enrichissement est lié à la productivité d'un individu, et que cette productivité est bénéfique à la collectivité en même temps qu'elle est bénéfique à l'individu qui la met en œuvre.

Par contre l'enrichissement individuel doit être pénalisé ou condamné lorsqu'il implique des effets négatifs pour le reste de la collectivité.