Etat des lieux

De Le modèle M3M
Révision datée du 25 avril 2010 à 22:23 par Pge (discussion | contributions)
(diff) ◂ Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante ▸ (diff)
Aller à la navigation Aller à la recherche

Enoncé

La question posée ici est globale, planétaire. Il s'agit de mesurer la qualité des résultats obtenus par une espèce dominante sur la planète qu'elle a colonisée. Il s'agit de l'évaluation de la performance d'un élève, telle qu'un professeur extraterrestre (porteur d'une intelligence 'supérieure') pourrait l'évaluer s'il était envoyé en mission sur cette planète. Cet inspecteur galactique virtuel et non-humain observerait notre environnement, notre mode de vie, nos pratiques et tout ce qui les entoure avec des critères qui seraient proches des nôtres. Mais n'étant pas exposé à notre histoire, ni aveuglé par nos convictions culturelles, il pourrait les observer un recul dont nous disposons difficilement. L'exercice qui suit consiste à essayer de se placer dans sa position.

Se poser cette question est-il un luxe absurde, un exercice vain ? Ou au contraire une une opportunité ? Ou encore une urgence ? Le lecteur appréciera. Il trouvera dans ce qui suit des évidences que d'autres ont traité dans le détail. Chaque phrase ici a suscité des livres entiers. Mais cet inventaire à haut niveau contient quelques surprises, et pour la démarche Modèle:XMOD c'est un point de passage important.

Points forts

Outils de production

Les outils de production des humains sont puissants, variés, nombreux. Ils permettent de traiter la matière et d'utiliser l'énergie avec un immense éventail de possibilités. La matière transformée, combinée, assemblée obéit à de nombreuses fonctions. Il n'y a pas beaucoup de besoins de la vie ordinaire que les humains puissent concevoir sans que des outils de production ne soient organisés pour les satisfaire - ou du moins pour satisfaire une partie des humains. Depuis la domestication du feu, depuis l'utilisation des outils primitifs, les progrès dans la réalisation des accessoires matériels a été continue, rapide, et même vertigineuse.

Moyens de communication

L'échange d'informations est possible au niveau global planétaire. Il permet de véhiculer toutes les formes d'informations: écrit, vocal, visuel, auditif... Le transfert d'informations est - à l'échelle de perception des humains - pratiquement instantané. Les volumes d'information transmis en quelques instants ont de quoi occuper longtemps le destinataire. S'il s'agit par exemple de texte,  quelques secondes de transfert peuvent susciter des journées entières de lectures.

Certaines des performances atteintes ne rivalisent pas encore avec celles des structures biologiques, mais les distances couvertes notamment sont bien supérieures à celle des structures biologiques.

Cet composante de l'état des lieux est très récente. 

Moyens de transport

Les biens peuvent être transportés à vitesse intéressante et à coût raisonnable d'un point à l'autre de la planète, à l'exception des lieux que n'occupent pas les humains. Ceci concerne la totalité des biens, à l'exception de ceux qui sont immeubles eu de taille beaucoup plus grande que les humains eux-mêmes. Le "coût" raisonnable utilisé ici ne s'exprime pas en devises, mais en efforts physiques des personnes assurant les transports. L'administration qui entoure les transports est par contre un facteur de ralentissement significatif.

Moyens de déplacement

Les humains eux-mêmes peuvent circuler sur terre, sur mer et dans les airs grâce à des outils de transports multiples et variés. Il leur est plus difficile de voyager sous terre, sous l'eau et dans l'espace extra planétaire, mais les enjeux liés à ces milieux ne sont pas critiques pour eux. Les moyens de déplacement sont d'une rapidité relative. Le tour de la planète prend de l'ordre d'une journée pour celui qui dispose des meilleurs outils volants. C'est infiniment plus lent que les échanges d'informations, mais infiniment plus rapide que ce dont disposaient les humains dix générations plus tôt.

C'est donc également un facteur récent.

Outils scientifiques et technologiques

Les humains ont poussé assez loin leur développement scientifique et technologique. "Loin" ne signifie pas bien loin s'il s'agit de comprendre les ressorts fondamentaux du temps, de l'espace, de la matière, de l'énergie et d'autres concepts éventuels à découvrir. Ces ressorts fondamentaux ne sont d'ailleurs pas une préoccupation majeure pour la majorité des humains.Mais "loin" signifie très loin pour ce qui concerne les applications technologiques utilisables dans la vie quotidienne, et peut-être même "trop loin", car on constate un essoufflement relatif de l'intérêt des humains pour les progrès technologiques apportés à un rythme difficile à suivre.

Globalisation

Les outils de production, les enjeux, les institutions, les communications, tout cela a atteint une dimension planétaire. Qu'il s'agisse d'un conflit, d'une nouveauté technologique, d'une théorie ou d'une anecdote, les moyens de communications donnent aux humains curieux les moyens de s'y intéresser - passivement, surtout - d'un bout à l'autre de la planète.

Climat de paix

De manière générale, la planète n'est pas engagée dans des conflits majeurs actifs et déclarés.  Dans l'ensemble la nature belliqueuse et conquérante inhérente à l'espèce semble céder à l'aspiration à la paix et au confort.Ceci est probablement lié à un niveau de confort moyen, à l'absence relative de problème de partage de l'espace et des ressources.

Points délicats

Ressources en énergie

Considérées au niveau planétaire, les ressources énergétiques sont considérables. Cependant les structures de pouvoir et de distribution qui y sont liées suscitent des préoccupations majeures chez les humains, au point qu'il s'agisse de causes probables pour des conflits mineurs ou majeurs.

Ressources en matériaux

Beaucoup de matériaux sont disponible en quantités considérables, mais certainement pas tous. Au niveau planétaire, des tensions se développent également pour l'attribution de ces ressources, et autour des pouvoirs qui les gèrent. Pour cette raison se développe un processus de recyclage et de récupération de ces matériaux. Mais la logique du recyclage est lente comparée à la croissance de la consommation.

Conflits persistants

Malgré le climat global de paix, il existe un nombre important de conflits armés régionaux. Il existe également des conflits idéologiques ou religieux majeurs, mais latents et non armés.

Inégalités

La dispersion des richesses entre pays pauvres et pays riches est un problème qui persiste et dans certains cas s'accroît. La dispersion des richesses à l'intérieur des pays - pauvres ou riches - s'accroît également. Un petit nombre d'individus ancre une fortune substantielle sur des mécanismes économiques optimisés pour leurs cas, et quelquefois douteux.

Le temps du changement

Ceci est un point particulier. Le rythme auquel se succèdent les grandes crises (politiques, écologiques, économiques) augmente. Ce n'est pas négatif en soi, mais il semblerait qu'à cause de dispositifs d'anticipation, de propagation et d'amplification, certains processus se développent rapidement et démesurément. Des exemples sont les cycles des prix relatifs des matières premières et de l'énergie, les délocalisations économiques, les crises économiques en général. Cette rapidité rend difficile la recherche sereine des réponses aux problèmes rencontrés. La gestion de la chose publique cède aux urgences et aux effets de mode.

Points faibles

Ressources en nourriture et matériaux biologiques

Ce qui est vrai pour les matériaux est vrai pour la nourriture, mais les problèmes d'attribution des ressources en nourriture sont forcément plus vifs et plus urgents. La nourriture n'est pas à considérer comme une ressource abondante pour tous. Elle ne l'est que pour certains. Le réservoir biologique qui fournit la nourriture et les matériaux biologique est exploité à court terme de manière très contestable. Les générations futures auront le droit de s'en plaindre. 

Un espace limité, des ressources étroites, une démographie dangereuse

La planète apparaît de plus en plus petite à ses habitants. Le dépaysement authentique est de plus en plus rare et lointain. Le village planétaire semble rétrécir, et ceci est d'autant plus vrai que la démographie planétaire montre une population d'humains en hausse toujours  rapide (autour de 1.2% par an).  De manière générale le rapport entre population consommatrice de ressources et ressources disponibles augmente, et l'évolution observée de l'un et de l'autre mène à des problèmes majeurs à moyen terme.

Des moyens de destructions massifs

Parmi les ressources utilisées, certaines font l'objet d'une exploitation intensive à court terme. C'est le cas par exemple des ressources forestières et marines.

Criminalité

Les humains organisent des lois complexes, mais dans tous les états, des individus, de groupes et même des organisation se placent en dehors de ces lois. Il existe des formes de criminalité opportunistes, violentes et souvent liées à des formes d'exclusion.  Mais il existe aussi une importante criminalité froide, préméditée et à dessein économique. Les citoyens eux-mêmes se livrent en majorité à des formes de délits mineurs lorsque l'occasion se présente.  Il s'agit de fraude fiscale surtout, et cette pratique est presque banalisée. Le citoyen se perçoit comme la victime d'une classe de pouvoir opportuniste à grand échelle, et voit dans les petits méfaits une réponse légitime à cette situation.

Incohérence linguistique, langages limités

Les humains parlent un nombre considérable de langues différentes. Tandis que les moyens de communication sont performants, la communication effective est assez pauvre et limitée. Une langue dominante s'impose par suite d'un historique colonisateur efficace d'une nation. Cette langue n'est pas parlée par tous les humains, et elle n'est pas appréciée par toux ceux qui la pratiquent. En général les langues sont complexes, contiennent diverses sources de confusion possibles, et constituent des véhicules de communication médiocres. Les tentatives d'élaboration de langues synthétiques plus performantes n'ont pas suscité l'adhésion espérée. 

Poids agressif des convictions religieuses

La religion part de l'inquiétude mystique, de l'étonnement cosmique. Mais en pratique les religions sont souvent des leviers de pouvoirs, et chez les humains, le matérialisme ambiant ne parvient pas à étouffer les poussées religieuses fondamentalistes. Dans la plupart des conflits, les justifications religieuses restent les plus utilisées pour justifier l'activité guerrière et l'acte de tuer un inconnu.  Sur ce plan bizarrement, les humains ont peut évoluer à travers les millénaires.

Dispositifs de coopération faibles

La coopération entre humain reste assez limitée. La recherche scientifique et médicale, les développements technologiques, les outils de production sont organisés autour du concept de compétition. Ceci implique d'énormes dissipations d'énergie, la gestion du secret, de l'espionnage, ainsi que d'importants conflits juridiques. La production non lucrative et l'innovation non-lucrative existent, mais sont fortement pénalisés dans le système économique que les humains ont adoptés. Un grand nombre d'humains travaille à la gestion de la compétition.

Coopération intergénérationelle faible

C'est une caractéristique de l'espèce humaine. Les acquis d'une génération ont toujours été laborieusement transmis à la génération suivante. Les formes d'exclusion sont souvent liées aux classes d'âge. Les processus éducatifs sont mal acceptés et souvent inefficaces, puisque tant l'enseignant que l'enseigné en tirent un sentiment de frustration.

Entropie administrative et règlementaire

Et un nombre plus grand encore d'humain travaille à la gestion des lois, règlements, et de toute l'entropie qui se greffe et bourgeonne autour de ceux-ci. L'acte de production, lucratif ou non, demande souvent moins d'efforts que l'encadrement administratif qui le précède et qui le suit. Dans beaucoup de domaines, cette entropie administrative provoque des formes de paralysie dans la collectivité des humains.

Le monde n'est pas simple, et sa simplicité ne s'améliore pas.

Niveau de vie perçu et sentiment de justice

Le niveau de vie et de bien-être des citoyens est satisfaisant pour beaucoup au niveau matériel, mais il reste frustrant pour beaucoup au niveau moral.

Beaucoup de citoyens ont le perception de vivre dans un monde injuste, d'être victimes de ces injustices.

Beaucoup de citoyens éprouvent de la méfiance pour la classe politique et pour les formes de pouvoir.

A cause de cela leur niveau de vie perçu reste plus bas que ne le laisseraient supposer le confort de l'environnement.

Modèles de production dépassés

Enfin les outils de production, les entreprises fonctionne suivant un modèle dépassé. Elles ont pour vocation de faire prospérer leurs propriétaires, mais pas de servir leurs clients. Assez hypocritement, la communication des entreprises s'efforcent de faire passer le message inverse. Par ailleurs l'entreprise repose sur le concept de travail, qui est boiteux, et sur le concept de compétition, qui est l'inverse de la coopération.

Concepts dépassés

Les humains structurent leur intégration sociale et leur reconnaissance sociale autour de concepts obsolètes. Le plus important est le travail. Celui-ci est encore parfois défini autour d'un but productif, mais de plus en plus son sens n'est lié qu'au statut de celui qui l'effectue. Cela amène les humains à s'inventer des travaux plus ou moins inutiles pour assurer un bien-être social plutôt paradoxal.

Modèles de pouvoir dépassés

Les structures de pouvoir des humains sont les états, les démocraties, les dictatures, les oligarchies, les partis politiques, les groupes de pression. Au niveau des principes, la démocratie est le modèle dominant. Au niveau des faits, diverses formes d'oligarchies sont actives. De manière générale, la réalité est loin des principes, et les dispositifs de représentation de l'individu dans la collectivité sont considérés comme inefficaces par les citoyens eux-mêmes.

Conclusion

L'inspecteur galactique termine et signe son rapport très incomplet.

En bref, l'espèce humaine a du potentiel et d'immenses atouts, mais elle est enlisée dans des concepts historiques qui la paralysent. Pour sortir de cet enlisement, elle doit redéfinir en profondeur ses structures. C'est le but - par exemple - de la démarche Modèle:XMOD. Dixit l'inspecteur.