Logique d'identité

De Le modèle M3M
Révision datée du 17 août 2010 à 07:59 par Pge (discussion | contributions)
(diff) ◂ Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante ▸ (diff)
Aller à la navigation Aller à la recherche

Cette partie du cahier de charge répond aux constats relatifs aux identités et groupes.

Identité floue et multiple

Les individus ne sont en aucun cas forcés de se définir comme membre d'un groupe.

Aucune forme de pouvoir n'est autorisée à classer les individus par groupe en dehors de la volonté de ceux-ci et en dehors du fait objectif. Les seuls fait objectifs rapportés à un individu sont typiquement son sexe, son âge, ses paramètres de santé ou de handicap.

Par contre chaque individu peut organiser ses affinités avec un nombre quelconque de prestantes spécifiques, opérant comme des lobby pour la défense ou l'intérêt de groupes généralement quelconques. Ces prestantes opérent comme des formes de lobby.

L'affinité d'un individu pour un groupe se matérialise par la délégation d'un citoyen à des prestantes.

Par conséquent l'affinité obéit aux mêmes lois que la délégation. En particulier, elle peut être redéfinie par l'individu à tout moment. Et elle peut ne s'exprimer que pour certains champs de compétence, suivant la logique des champs de délégation.

Par ailleurs, aucune prestante ne peut refuser l'adhésion-délégation d'un citoyen.

Dans un tel système, on retrouve une forme d'identité floue, et on minimise la possibilité de définir des individus comme des autres, comme les exclus d'un groupe donné. Les individus sont libres de définir ou non leurs formes d'identité, et d'évoluer.

Diversité

Parmi les stéréotypes généralement appliqués aux projets de société, il en est un qui particulièrement résistant et absurde. Devant un projet de société nouveaux, beaucoup de lecteur imaginent que tout projet de réforme ou de révolution se traduit en une proposition de normalisation: le meilleur des mondes ne pourrait ainsi être qu'affreux et aliénant, parce que le changement qu'il apporte est contraignant et limitant.

Il n'en est pas ainsi du modèle Modèle:XMOD - et probablement que divers modèles proposés dans le passé souhaitaient maintenir bien davantage de liberté et de diversité que ce que leurs détracteurs se sont plus à imaginer.

De manière générale, toute forme de diversité est non seulement à tolérer, mais aussi à encourager, qu'il s'agisse de diversités d'habitudes, d'apparences, de modes de vie, de choix culturels, d'attitudes vis-à-vis du travail et des loisirs. Cette diversité constitue une richesse, précieuse et comparable en cela à la bio-diversité. Toute forme de diversité est le résultat d'une longue histoire, le trésor obtenu aux termes d'iinombrables essais et erreurs. La diversité est à encourager entre les individus, mais aussi à l'intérieur de chaque individu, sa 'richesse' personnelle étant en partie déterminée par l'abondance et la distribution des influences qui se manifestent en lui.