Politique, citoyenneté et pouvoir

De Le modèle M3M
Révision datée du 20 avril 2010 à 08:26 par Pge (discussion | contributions)
(diff) ◂ Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante ▸ (diff)
Aller à la navigation Aller à la recherche

La politique, qui est le fondement de la vie collective des humains vient d'un mot qui à rapport à la cité et à ses habitants. L'habitant de la ville est le citoyen, porteur vis-à-vis d'elle de droits et de devoirs.

Ces notions datent de 2000 ans et fondent le modèle prédominant appelé démocratie, soit 'pouvoir par le peuple'.

Quel constats offrent les humains en fait de politique, de citoyenneté et de pouvoir ?

De manière générale l'histoire de la politique, de la citoyenneté et du pouvoir évoluent trop vite et mal.

L'observation de la planète montre que la politique dérive vers des structures complexes éloignées des citoyens, au minimum dans la perception de ceux-ci.

L'observation montre aussi que les citoyens, qui sont les acteurs ou parfois les victimes de la politique, perdent la confiance dans les structures politiques, et plus encore dans les hommes qui incarnent ces structures. Parallèlement à la question des croyances, le débat politique se dissout souvent dans le désintérêt des citoyens, tandis qu'il se radicalise parfois là où il serait indispensable.

Quant aux formes de pouvoir elles sont fort nombreuses et souvent incompatibles. La planète dans son ensemble est devenue une grande tribu, et une forme de pouvoir concret (le 'gendarme du monde') y a pris place.

Or à tous les échelons de pouvoir, y compris au niveau planétaire, le pouvoir est une situation de fait, plus souvent contestée que légitime, plus souvent crainte que respectée. Ce pouvoir contesté repose en général sur une puissance militaire, combinée à ou appuyée sur une puissance économique. Il repose parfois sur une légitimité de délégation à durée déterminée, et rarement sur une légitimité de compétences.