Pourquoi un hypothétique créateur s'intéresserait-il à la vie et en particulier à une espèce vivante?

De Lillois Fractale Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Deux grands mystères rendent délicate notre perception du monde:

  • La présence de l'univers. L'être plutôt que le néant.
  • L'émergence, en un point au moins de l'univers du bourgeonnement de la vie.

A ces deux grandes interrogations s'en ajoute une troisième, qui est la présence d'un créateur, dont la volonté serait à la base de l'univers. Sa volonté pourrait aussi avoir généré la vie, mais ici on peut accepter au moins trois hypothèses:

  • la vie fait partie du plan du créateur sans y occuper une place particulière
  • la vie est une composante essentielle du plan du créateur
  • la vie est un accident, une conséquence anecdotique de la structure voulue de l'univers

De toute manière, selon la discussion classique des causalités, on peut dire que l'hypothèse de la présence d'un créateur est une solution aux deux grands mystères énoncés plus haut, mais une médiocre solution, puisque l'origine ou la cause de la présence du créateur lui-même est un mystère qui remplace ou s'ajoute aux précédents.

Par ailleurs, le lien entre l'hypothétique créateur et les divinités des hommes (Zeus, Dieu, Allah et les autres) reste un sujet d'hypothèses gratuites.

Quoi qu'il en soit, si je puis prendre position en tenant compte de ce que je crois comprendre de la vie, il me semble que

Si un créateur existe et a voulu l'univers et éventuellement la vie,
alors il semblerait bizarre et absurde que ce créateur s'intéresse
en particulier à une espèce parmi d'autres,  simplement parce que
cette espèce à des mécanismes neuronaux élaborés qui l’amènent à la
conscience de soi et aux questions existentielles.

Il reste l'hypothèse proposant que l'homme soit le but ultime de l'ensemble du plan, que toutes les galaxies, étoiles, matières ne servent qu'à cela, qu'à nous permettre de nous poser des questions sur celui qui aurait écrit le plan. Cette hypothèse-là semble le paroxysme de l'orgueil anthropocentrique.